Hôtel Il Tramonto
 
 

RÉSERVEZ EN DIRECT

X
SITE OFFICIEL DE L'HOTEL IL TRAMONTO**

- MEILLEUR TARIF GARANTI
- OFFRES SPÉCIALES EN EXCLUSIVITÉ
- MOINS CHER QUE BOOKING.COM, EXPEDIA....
- SITE SÉCURISÉ

Légendes Corses

Le Drapeau Corse, A Bandera Corsa


Personne ne peut donner avec exactitude la véritable origine de la tête de maure. Plusieurs légendes persistent :
- Un serviteur maure complotait contre le roi d’Aragon. Un corse déjoua le complot en apportant sur un drap blanc la tête du maure. Le roi d’Aragon, reconnaissant, lui dit alors « ce drap sera désormais le drapeau de ton pays ».
- Lors des invasions sarrasines, les corses empalaient la tête des maures gradés, reconnaissables à leur bandeau blanc autour du front. Brandissant leurs trophées lors des batailles, les corses prenaient le dessus psychologique sur leurs assaillants.
Historiquement certaines choses sont sures, ainsi on sait que la tête de maure dont le bandeau recouvrait les yeux, est d’origine Aragonaise, sa relation avec les armoiries de la Corse remonte à 1297 lorsque le pape Boniface VIII donna la gestion de la Corse et de la Sardaigne au roi d’Aragon. Aragon ne régna pas sur la Corse mais il donna ses armoiries à la Sardaigne (croix rouge entourée de 4 têtes de maure sur fond blanc).
En 1736 lorsque Théodore de Neuhoff devint roi corse, il adopta la tête de maure dans son blason, à cette époque la tête était tournée vers la droite.
En 1745 lorsque Ghjuvan Petru Gaffori se lança à l’assaut de la citadelle de Bastia assiégée par les génois, il adopta ce drapeau. Il fit relever le bandeau car « la Corse a ouvert les yeux ».
En 1760 Pasquale Paoli officialise le choix de Gaffori. Il fit supprimer les bijoux sur la tête de maure et la fit tourner vers la gauche. En 1762 la Consulta di Corti adopte la tête de maure dans les armes de la Corse.

L’œil de Sainte Lucie

Il s’agit de l’opercule d’un coquillage que l’on peut ramasser sur certaines plages de Corse après une grosse tempête. La taille des opercules peut varier de 2 mm à 3 cm.
C’est au IVème siècle que naquit la légende de Ste Lucie : une jeune fille de la noblesse Syracuse qui obtint la guérison miraculeuse de sa mère atteinte d’une maladie incurable à force de prières répétées à la Vierge Marie. Vouant un culte et une dévotion sans limite à cette dernière, Lucie s’arracha les yeux et les jeta à la mer pour ne pas être détournée de sa foi et éloigner ses prétendants. Entièrement tournée vers la prière, elle réalisa bon nombre de miracles. En réponse à cette dévotion, la Sainte Vierge lui rendit la vue et lui donna des yeux plus beaux et plus lumineux (« Ochji belli e lucenti »).
L’opercule du coquillage nommé le « Turbo Rugueux » que l’on trouve sur les rivages méditerranéens symbolise les yeux de Ste Lucie. En porter un, éloigne, dit-on, le mauvais œil et favorise la chance.
En Corse « l’œil de Sainte Lucie » est considéré comme un porte-bonheur.

L’ochju et la signadore

Voilà une autre croyance fortement répandue en Corse : le mauvais œil (ochju). Si un corse se sent trop fatigué ou malchanceux pendant un laps de temps jugé trop long, il estime alors qu’il a été frappé par le mauvais œil. Cette malchance aurait alors été jetée de façon volontaire ou non par un être humain envieux, jaloux ou tout simplement admiratif.
Comment alors se dépêtrer de ce mauvais œil à l’origine de fatigue et autres troubles quotidiens ? C’est une signadore qu’il faut aller voir. Cette femme a appris un soir de Noël une ou plusieurs prières visant à enlever le mauvais sort. Rendez-lui visite ; puis dans le noir, à la lumière d’une lampe à huile, avec une assiette, de l’eau et de l’huile, elle exercera avec empathie et générosité, son don à votre service. Vous repartirez de chez elle, l’esprit léger. Simple effet psychologique ou véritable magie ? Les corses ont tranché.

Les Mazzeri

Le mazzeru est considéré comme un sorcier capable de tuer durant la nuit. La légende des mazzeri est connue et respectée dans toute la Corse. Pendant son sommeil et dès lors que la population est elle aussi profondément endormie, le mazzeru part à la recherche d’une proie. Dans son rêve, la proie en question est un animal, mais cette dernière s’avérera en fait être un être humain. Un homme, une femme ou un enfant du village. Ce dernier est alors condamné dans les jours suivant la chasse noctambule du mazzeru; sauf si ce dernier lui offre sa vie.
La légende, ou plutôt devrions-nous dire la croyance, des mazzeri est profondément ancrée dans la culture corse. Si elle ne rythme pas autant le quotidien que d’autres croyances peuvent le faire, elle fait néanmoins partie intégrante de la culture mystique qui règne sur l’île.

Depuis toujours, les légendes et croyances corses ont animé les soirées en famille ou entre amis, l’hiver comme l’été. Chacun cherchant à conter la sienne, les plus jeunes avides de découvertes ou de frissons. L’histoire de la Corse a été aussi tourmentée et extraordinaire que le sont aujourd’hui les légendes qui la représentent. Entre invasions, révoltes et autres combats, il n’est pas surprenant que les légendes et croyances corses soient marquées par l’équilibre entre le bien et le mal, la vie et la mort.


Hôtel Il Tramonto